Comment savoir si je suis encore Auto-entrepreneur ?

2
Partager :

Les auto-entrepreneurs doivent jongler avec plusieurs seuils pour atteindre et il est parfois difficile de naviguer. Entre le plafond du chiffre d’affaires, le plafond de la TVA et celui du revenu fiscal pour la taxe de décharge, il est facile de le perdre très rapidement. Je ferai le point sur les plafonds et les seuils à respecter en 2021 pour les micro-entrepreneurs. Je vais les détailler un par un en expliquant l’impact fiscal et les conséquences lorsque vous dépassez la limite en question.

Comprendre les seuils : qu’est-ce que la TVA, le chiffre d’affaires, la taxe de décharge ?

L’auto-entrepreneur devra jongler avec trois plafonds différents. Avant de parler de sanction en cas de dépassement de ces plafonds, rappelons-nous déjà les trois concepts concernés.

A découvrir également : Où trouver les statuts association loi 1901 ?

1- Chiffre d’affaires. Il s’agit du montant total de ce que votre entreprise a déclaré. Attention à ne pas être confondu avec le résultat est le montant d’argent que vous avez finalement dans votre poche. Nous allons parler ici du chiffre d’affaires que correspond à l’argent récolté avant déduction des charges.

Exemple : M. Corrigetontax est un auto-entrepreneur. Il a vendu 20 000€ de services. Dans le même temps, il a dû acheter du matériel pour son entreprise jusqu’à 1 000 euros et payé 5 000€ de taxes diverses. Le chiffre d’affaires de M. qui sera affecté par le plafond est de 20 000 euros. Il est impossible de déduire les frais lorsqu’on parle du plafond du chiffre d’affaires.

A voir aussi : Comment créer une personne morale ?

2- TVA. À partir d’un certain seuil, l’auto-entrepreneur doit percevoir et payer la TVA. Il est généralement de 20 % et peut parfois atteindre 5,5 % ou même 0 % sur certaines activités.

Exemple : M. Corrigetontax est un micro-entrepreneur. Il facture à son service 100€. Si M. n’est pas soumis à la TVA : il fait une facture à son client 100€. Ce dernier le paie et M. Corrigetonimpot récupère tout : il réalise un chiffre d’affaires de 100 euros. Si M. est soumis à la TVA : il doit faire une facture incluant la TVA (imaginez 20%). Cela donne une facture de 120€ incluant TVA qui comprendra 20€ de TVA et 100€ de services (excl. TVA). Le client paie les 120€ à M. Corrigetontax. Ce dernier devra ensuite restituer la TVA aux autorités fiscales. Le client a payé 120€, M. Corrigetonimpot récupère 100€ et redonne 20€ aux autorités fiscales.

Notez que le chiffre d’affaires reste de 100€ dans le second cas même si le client paie 120€. Notez également que si M. Corrigetontax souhaite continuer à vendre son service à 100€ afin de ne pas pénaliser le client, il le perdra alors. Une fois qu’il est assujetti à la TVA, il doit la rembourser à chaque fois. S’il facture 100€ TTC, il doit restituer 16,66€ de TVA.

3- La taxe de sortie. L’auto-entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trimestres. L’administration fiscale calculera ensuite l’impôt sur le revenu que le professionnel lui doit. Le micro-entrepreneur peut choisir la façon dont il sera taxé entre deux possibilités : soit via la déclaration annuelle d’impôt sur le revenu, le l’année suivante, ou en optant pour le prélèvement de décharge. Dans ce dernier cas, il sera alors ponctué d’un taux fixe régulièrement. Le micro-entrepreneur a intérêt à être très attentif lorsqu’il fait ce choix. La taxe de décharge permet parfois d’économiser des milliers d’euros et parfois, c’est le choix de la déclaration fiscale qui est bien meilleur. J’ai expliqué les calculs en détail ici : l’auto-entrepreneur doit-il choisir le prélèvement de décharge ou la déclaration de revenus ?

Les plafonds et les impacts sont différents pour ces trois variables. Je vous donne les seuils à atteindre directement et nous les verrons en détail un par un.

Plafonds et seuils pour 2021 pour les micro-entrepreneurs.

Le plafond pour opter pour la taxe de décharge était de 27 519€ et a augmenté à 27 794€ en 2021.

Le plafond de TVA pour les indépendants.

Le premier seuil est celui de l’exonération de la TVA. Vous devrez surveiller votre chiffre d’affaires. Dès qu’il dépasse 34 400€ (85 800€ pour les activités commerciales et d’hébergement), vous devrez percevoir et payer la TVA. Il ne sera plus possible de facturer un client et de récupérer la somme. À chaque fois, vous devrez calculer la TVA, la faire apparaître sur la facture, la faire payer au client (ou réduire votre flux de trésorerie) et la renvoyer à l’État.

Vous constaterez qu’il y a un seuil augmenté juste en dessous de 94 300€ ou 36 500€. Les autorités fiscales vous accordent une marge de tolérance pour la première fois en fixant des seuils un peu plus élevés. En clair :

  • si vous dépassez le seuil majoré, vous êtes éligible à la TVA à partir du 1er jour du mois suivant.
  • si vous dépassez le plafond de TVA mais pas le seuil majoré, vous n’êtes pas encore assujetti à la TVA. Par contre, vous le deviendrez l’année suivante si vous dépassez à nouveau ce seuil de base.

Vous pouvez voir le plafond de base comme un joker. On peut le dépasser un an mais pas 2. En revanche, dès que vous dépassez le seuil majoré, il s’agit directement de la TVA.

Sur le papier, c’est déjà compliqué. Concrètement, les grandes lignes à respecter sont les suivantes :

  1. Une fois que vous dépassez le plafond de chiffre d’affaires, vous devez percevoir et payer la TVA sur tout le chiffre d’affaires du mois en cours. Il est donc judicieux de prévoir le dépassement du plafond avant d’émettre des factures et d’encaisser l’argent.
  2. Vous devez demander un numéro de TVA au service des impôts des entreprises dont vous dépendez. Ils adapteront votre espace en ligne en précisant que vous êtes soumis à la TVA et vous donneront un numéro de TVA que vous devrez inscrire sur toutes vos factures.
  3. Vous déclarez aux autorités fiscales la TVA collectée en N 1 (déclaration de TVA à faire sur votre espace avant le mois de mai). Ensuite, vous devrez payer tout cela en une seule fois. Le système se poursuit chaque année et si vous payez plus de 1 000€ de TVA, vous devrez également faire une déclaration préalable pour effectuer un dépôt en juillet.
  4. Notez que sur vos achats professionnels, vous pouvez récupérer la TVA. En fait, certains auto-entrepreneurs qui ont des coûts de démarrage énormes peuvent demander à être directement assujettis à la TVA afin de pouvoir la récupérer sur leurs achats.

Exemple : M. Corrigetontax est un auto-entrepreneur en activité libérale. Il a déjà réalisé un chiffre d’affaires de 30 000€ en juin et deux services sont vendus pour facturer 3 000€ et 10 000€ à un particulier. Il doit également acheter du matériel pour 5 000€. Comment optimiser ? 1- S’il encaissait les 10 000€ maintenant, il dépasse le seuil, devient soumis à la TVA, devra le payer sur tous les reçus du mois en cours et sur les 3 000€ à venir ! Mauvaise idée.2- Il encaisse les 3 000€ en juin pour éviter la TVA à ce niveau. Son chiffre d’affaires est donc de 33 000€ et il n’est toujours pas soumis à la TVA. Il est judicieux de demander à l’administration fiscale un numéro de TVA en juin en prévision du dépassement.3- Il est en attendant le mois de juillet pour collecter et déclarer les 10 000€. Il dépasse le seuil, ce qui était inévitable. Son client est un particulier qui ne peut pas récupérer la TVA, M. Corrigetontax fera une facture de 8 333€ HT. TVA avec 1 666€ de TVA. (NB : le calcul inverse à faire pour trouver la TVA est de 10 000 /1,2) 4- Pour l’achat de l’équipement, M. attendra jusqu’en juillet. Au fur et à mesure qu’il devient assujetti à la TVA, il peut la récupérer sur ses achats. Sur 5 000€, le coût est en fait de 4 166€ HT et 833€ de TVA. M. paiera 5 000€ mais pourra récupérer 833€. 5- L’année suivante, M. fera une déclaration de TVA dans laquelle il indiquera qu’il doit 1 666€ aux autorités fiscales et qu’il a 833€ à récupérer. Il devra payer le solde, qui est de 833€.

Je reste disponible pour vos commentaires si vous avez besoin d’éclaircissements. Pour en arriver à la fin de l’accord, notez que si vous facturer des entreprises soumises à la TVA, cela ne changera rien pour vous. Comme ils récupèrent également la TVA, vous peuvent gonfler vos factures de 20 % sans problème car ils récupéreront cette TVA en N 1 comme vous le faites. En revanche, dès que vos clients sont des particuliers ou des non-assujettis, ils paieront la TVA de leur poche et vous devrez la payer à l’État. Il s’agit d’un manque à gagner qui devra être anticipé.

Il va sans dire que je vous conseille vivement de prendre les mesures nécessaires pour être dans les ongles. Le risque ici est un ajustement fiscal avec des augmentations. Il sera très facile pour les autorités fiscales de s’en rendre compte puisqu’elles connaissent votre chiffre d’affaires.

Le deuxième plafond de chiffre d’affaires : seuil pour rester un micro-entrepreneur.

La deuxième ligne du tableau présente un nouveau seuil plus élevé : 176 200€ pour les activités commerciales et d’hébergement ; 72 600€ pour la prestation de services et les activités libérales. Encore une fois, c’est le chiffre d’affaires qui doit être pris en compte. En revanche, ce seuil n’est plus celui de l’exonération de TVA, il est utilisé pour déterminer si vous pouvez rester auto-entrepreneur ou non.

La micro-entreprise est un statut spécial simple qui présente de nombreux avantages et en particulier une fiscalité très élevée allégée. Dès que votre chiffre d’affaires dépasse le seuil de 176 200€ ou 72 600€, il ne sera plus possible de garder une entreprise indépendante. Il faudra évoluer vers une autre structure : SAS, SARL, EIRL etc… Croyez-moi, les frais et surtout les taxes seront alors beaucoup plus élevés.

À ce jour, vous avez droit à une année de tolérance. Si vous dépassez la limite de chiffre d’affaires indiquée, vous pouvez continuer à faire du self-business. En revanche, si vous dépassez encore l’année suivante, il sera alors nécessaire de passer automatiquement à une autre structure à partir du 1er janvier de l’année suivante. Cette tolérance d’un an ne fonctionne que si vous n’avez pas dépassé le plafond sur une période de deux ans. Sur le plan pratique, je ne peux vous référer à un bon comptable que si vous devez changer d’entreprise. C’est déjà nécessaire pour choisir la forme de société la plus appropriée, puis rédiger les statuts, effectuer les formalités administratives, publier l’annonce au journal officiel etc… un professionnel devient nécessaire.

Limite du revenu fiscal de référence du travailleur indépendant pour le prélèvement de décharge.

Le dernier plafond est rarement mentionné mais je vous conseille d’y prêter attention. Je vois de plus en plus d’ajustements fiscaux à ce sujet. Lors de la création de l’auto-entreprise, il était nécessaire de choisir entre deux régimes fiscaux : soit la taxe de décharge, soit la taxe via la déclaration. Le système de la taxe de décharge est souvent intéressant et, en fait, il est conditionné. Je vous laisse lire mon article sur le sujet ci-dessus. Rappelons rapidement qu’au moment du prélèvement de décharge, les autorités fiscales ponctuent la taxe sur chaque déclaration de chiffre d’affaires (1 %, 1,7 % ou 2,2 %) alors que dans le cas contraire, les taxes calculent la taxe au moment de la déclaration de revenus en N 1. Notez que le fait d’être au la redevance de décharge nécessite toujours de remplir une case lors de la déclaration de revenus.

Il s’avère que pour être admissible au prélèvement de décharge, un plafond doit être respecté. Vous devrez regarder votre « revenu fiscal de référence », alias RFR, qui apparaît sur votre déclaration de revenus. Dans le cas où votre RFR dépasse un certain seuil, la décharge n’est pas autorisée. En fait, c’est assez perfide. Vous pouvez demander le prélèvement de décharge ou y être déjà, même si vous dépassez le plafond fiscal de référence. De nombreux indépendants n’y prêtent pas attention et les autorités fiscales procèdent à des ajustements de plus en plus douloureux. Le RFR inclut tous les revenus du ménage fiscal (salaire du conjoint, revenu de la propriété, etc.). Il arrive très souvent que les auto-entrepreneurs dépassent le plafond même avec un chiffre d’affaires modeste et qu’ils optent à tort pour la taxe de libération qui serait soumise à contrôle quelques années plus tard.

Plafonds 2021 pour que les micro-entrepreneurs puissent opter pour le prélèvement de décharge.

Dans pour savoir si vous avez droit à la taxe de décharge, vous devrez chercher le revenu fiscal de référence. C’est sur votre avis fiscal. Il est nécessaire de regarder le RFR des revenus N-2 qui figure donc sur l’avis fiscal N-1.

Exemple : M. Corrigetontax se demande s’il a le droit d’être au prélèvement de décharge en 2021. Il doit aller chercher son avis d’impôt sur le revenu 2020 2019 (reçu en septembre 2020) pour se pencher sur le revenu fiscal de référence. Il pourra alors savoir s’il atteint le plafond pour l’année 2021.

Le revenu fiscal à ne pas dépasser dépendra du nombre de parts fiscales. Vous trouverez également les actions sur l’avis fiscal. Le revenu fiscal doit être inférieur à 27 794€ pour chaque action. Ensuite, vous ajoutez 50 % pour chaque moitié d’action et 25 % pour chaque trimestre d’une action.

Exemple : 1) M. Corrigetonimpot est célibataire avec une part. Si son revenu fiscal de référence sur l’avis d’imposition 2020 est inférieur à 27 794€, il a droit à la décharge prélèvement sur 2021. Sinon, il n’y a pas de droit et peut faire l’objet d’une réparation. 2) Mme est en couple avec un enfant. Il a donc 2,5 actions. Ses revenus fiscaux doivent être inférieurs à 27 794*2 13 897 ou 69 485€ pour avoir droit au prélèvement libératoire.3) M. est célibataire avec un enfant en garde alternative ou 1,25 part. Ses revenus fiscaux doivent être inférieurs à 27 794 6 948 ou 34 742€.

Le calcul est assez compliqué et l’auto-entrepreneur doit vérifier chaque année que ses revenus fiscaux ne viendraient pas le mettre en défaut pour la libération du prélèvement pour l’année suivante. Il convient également de noter que l’avis fiscal n’est reçu qu’en septembre. Voyons donc comment réagir en cas de dépassement ou même en cas d’oubli de ce qui est assez courant.

Que se passe-t-il si la micro-entreprise n’a plus droit au prélèvement de décharge ?

Si vous ne faites rien, il ne fait aucun doute que l’ajustement fiscal est très probable. Sur le plan pratique, cela semble assez simple. Il suffit de contacter l’URSSAF pour avertissez-les que la décharge n’est plus possible. En effet, ce sont eux qui le prennent avant de le rendre à l’État. Malheureusement, il y a souvent un problème de retard. En effet, vous recevez l’avis fiscal en septembre. Il s’avère que l’URSSAF ne peut annuler le prélèvement de décharge que pour l’année suivante ; elle ne le fera pas au cours de l’année. En fait, si vous ne les informez pas entre septembre et fin décembre que vous n’avez plus droit au prélèvement de décharge en N 1, l’URSSAF continuera à prélever. Ce schéma se produit également si vous n’avez jamais rien fait, la redevance de libération est prise sur l’eau à tort.

Pour contourner le problème, des cases spécifiques devront être remplies lors de la déclaration d’impôt sur le revenu l’année suivante. Cela permettra ensuite de se faire rembourser le prélèvement de décharge prélevé à tort ET d’engager la taxe via la déclaration fiscale comme cela devrait être le cas.

Exemple : M. Corrigetonimpot se rend compte que ses revenus fiscaux l’avis fiscal 2020 dépasse le seuil. Il est toutefois au prélèvement de sortie en tant qu’auto-entrepreneur en 2021. Que faites-vous ? 1- M. contacte l’URSSAF pour arrêter la taxe de libération. Ce dernier le fera à partir du 1er janvier 2022.2- En fait, il continuera à payer à tort la taxe de sortie sur son chiffre d’affaires 2021. Imaginons qu’il paie 6 000€ en tout .3- Lors de la déclaration de revenus faite en mai 2022 sur les revenus 2021, M. remplira deux cases. Le premier où il indiquera son chiffre d’affaires 2021 qui permettra de calculer la taxe à payer via la déclaration de revenus. Deuxièmement, il indiquera les 6 000€ de redevance de libération prélevés à tort pour être remboursés.

J’ai expliqué cet aspect en détail ici : Conditions de la taxe de décharge dans les micro-entreprises : comment changer au cours de l’année ? Pour plus de détails sur les cases à remplir et les formalités de déclaration de revenus, vous pouvez consulter cet article annexe où je détaille étape par étape ce qu’il faut faire : comment remplir la déclaration de revenus pour les travailleurs indépendants ?

Partager :