Comment Calcule-t-on la capacité d’autofinancement des entreprises ?

2
Partager :

Au cours de sa vie, une entreprise doit maîtriser ses coûts d’exploitation. Il s’agit d’éviter d’enregistrer des pertes ou de juger de l’opportunité d’un investissement. Dans ce cas, il doit effectuer des analyses financières, y compris le calcul de la capacité d’autofinancement. CAF vous permet de connaître les flux de trésorerie potentiels d’une ferme, d’une entreprise ou d’une communauté. Il est calculé sur la base des données contenues dans le compte de résultat. C’est-à-dire l’ ensemble des gains réalisés ou des pertes enregistrés au cours d’une année donnée.

En réalité, il sert d’indicateur à la fois pour les dirigeants et les décideurs au sein de l’entreprise, ainsi que pour leurs employés et partenaires externes. Quel est le véritable objectif de l’évaluation de la capacité d’autofinancement ?

A lire également : Quel salaire net pour un apprenti ?

I/ Quel est le véritable objectif de l’évaluation de la capacité d’autofinancement ?

Avant de parler des différentes méthodes de calcul de la capacité d’autofinancement, il est tout d’abord utile de connaître son principe de base ainsi que ses principaux enjeux.

A) Un indicateur clé des ressources financières disponibles pour l’entreprise

Contrairement aux flux de trésorerie (ou « flux de trésorerie »), le calcul des flux de trésorerie ne prend en compte que les ressources brutes produites. De plus , nous avons tendance à confondre les deux.

A lire en complément : Comment trouver un CFA ?

Sans entrer dans les détails, cela provient de la différence entre les frais non déboursables et les produits encaissables. Ainsi, la plus grande différence entre le CIF et le flux de trésorerie est que le premier ne tient pas compte des décalages de temps entre eux. Il indique également le montant des ressources excédentaires de l’entreprise. En tant que résultat, il prend en compte plusieurs éléments contenus dans le compte de résultat, à savoir :

  1. Dépenses et revenus calculés

Il s’agit de toutes les transactions qui ne sont pas considérées comme des opérations de trésorerie comme les fonds de dotation.

  1. Le transfert des immobilisations

Il s’agit de la valeur comptable et nette des actifs cédés .

  1. Les gains générés par la vente de la cession d’actifs

  2. Les recettes perçues et les dépenses décaissées ont été proprement

    dites.

Ils représentent l’ensemble des entrées et sorties de trésorerie non incluses dans l’excédent brut d’exploitation (GBS).

B) L’utilité et les défis du calcul de la capacité d’autofinancement

Le calcul de la capacité de trésorerie n’est rien d’autre que le flux de trésorerie potentiel de la structure. À cette fin, il sera possible de déterminer, pour une période :

  • Le montant
  • La nature des dépenses que l’entreprise ou l’entreprise pourra engager.

Corollaire en fonction du résultat, on saura s’il aura la capacité de :

  • Rembourser les créanciers pour un éventuel prêt. En plus de garantir une indépendance financière totale. Une bonne capacité de remboursement facilitera la recherche de financements externes. La CAF servira de référence fiable pour les banques. Ainsi, ce dernier saura si l’entreprise est en mesure de rembourser ses dettes .
  • verser des dividendes à ses membres.
  • Investissez ou développez vos activités ou améliorez vos compétences face à la concurrence.
  • Augmenter son fonds de roulement et, par conséquent, stabiliser sa trésorerie et ses ressources internes.

C) La limite de la capacité d’autofinancement

Quelle que soit la capacité d’autofinancement le calcul donnera, il est simplement hypothétique et peut ne pas refléter la réalité. En effet, il inclut également le chiffre d’affaires d’ une facture que l’entreprise n’a pas encore payée. Il s’agit d’une très grande différence par rapport à l’excédent de trésorerie d’exploitation (ETE).

En outre, il y a également le rapprochement entre la CAF et le MBA (ou marge brute d’autofinancement). Cela vaut à tous les égards, à l’exception des cessions d’immobilisations.

II/ Méthodes de calcul de l’autofinancement

Il existe deux techniques de calcul de la capacité d’autofinancement. Cela s’explique par le fait que l’on se base soit sur le bénéfice comptable net, soit sur l’excédent brut d’exploitation (EBE) dans le compte de résultat.

A) Détermination de la FCA en fonction du revenu net

Le résultat net d’une opération est obtenu en soustrayant les dépenses et les recettes. Le montant de l’impôt sur les sociétés est de également pris en compte. Notez qu’il peut être négatif (déficit) ou positif (avantage). En outre, il n’est fait référence qu’au résultat d’une période spécifique. Habituellement, un an.

La capacité d’autofinancement est obtenue par la formule suivante :

Il est nécessaire de faire la différence entre les charges calculées et la sortie calculée. Par la suite, nous y ajoutons le résultat de l’exercice de référence. Ensuite, vous devez additionner le tout avec 675 comptes. C’est-à-dire la valeur comptable des actifs cédés. Enfin, il soustrait le produit de l’aliénation des actifs cédés.

Notez que pour sa rapidité et sa simplicité, cette solution est la plus populaire.

B) Détermination du CIF par excédent brut d’exploitation (EBE)

Avant de procéder à l’opération, il est toujours essentiel de déterminer la valeur de l’EBE au préalable. C’est ce qu’on appelle la « méthode soustractive ». C’est assez complexe, mais très précis.

Le calcul de la capacité d’autofinancement suit la formule ci-contre :

Nous commençons par calculer la différence entre les rentrées de fonds et les dépenses décaissables. Celles-ci excluent les parts de quotas des subventions . Dans un deuxième temps, le résultat est ajouté à l’excédent brut d’exploitation.

III/ Interprétation du résultat du calcul de la capacité de financement

La capacité d’autofinancement de la CAF demeure un bon indicateur financier. Néanmoins, ce n’est pas tant le calcul qui intéresse les entreprises que l’interprétation de ce calcul. Dans tous les cas , grâce à cela, nous pouvons déjà connaître les dépenses que l’entreprise pourra effectuer.

A) Si la capacité d’autofinancement est positive

Lorsque le calcul de la capacité d’autofinancement tend vers un résultat positif, il signifie que l’activité génère des avantages. Cela, même si certains ne sont pas encore encaissés. Nous sommes donc confrontés à un flux de trésorerie potentiel. En conséquence, l’entrepreneur disposera d’une plus grande marge d’investissement ou de négociation d’autres financements externes. De même, il a le pouvoir de réduire ses charges financières en utilisant ses propres fonds. Parfois, le résultat net est déficitaire alors que le FAC est positif.

B) Si la capacité d’autofinancement est négative

Dans ce cas, et par conséquent, le « flux de trésorerie » tend également vers le négatif. Il faudra un cas exceptionnel pour que le résultat net soit positif. De plus, les investissements deviendront très risqués. L’entreprise aura du mal à concrétiser des prêts pour se financer elle-même. Dans les cas extrêmes, il existe un risque de résiliation du paiement. Heureusement , cette situation peut être corrigée si vous disposez d’une réserve.

Partager :