Différence en auto entreprise et portage entrepreneurial

64
Partager :

Le portage entrepreneurial et l’auto-entreprise visent le même objectif, favoriser l’entrepreneuriat. Ces deux statuts offrent des avantages intéressants aux entrepreneurs. Plus récent, le portage entrepreneurial existe depuis 2014. Il constitue une autre option pour ceux qui souhaitent vivre de nouvelles aventures. Plusieurs points différencient ces deux approches. Entre autres le plafonnement du chiffre d’affaires, la couverture sociale et l’existence d’un accompagnement personnalisé. Suivez le guide.

L’auto-entrepreneur bénéficie d’une franchise TVA

L’auto-entrepreneur n’est pas assujetti à la TVA lorsque son chiffre d’affaires reste en dessous d’un certain seuil. Le montant annuel varie selon les activités. Il est de 94.300 euros pour la vente de marchandises et 36.500 euros en cas de prestation de services. La franchise est reconduite si le chiffre d’affaires est compris entre 85.800 – 94.300 euros et 34.400 et 36.500 euros durant les deux premières années. L’administration recommande la mention « TVA non applicable » sur les factures.

A découvrir également : Immobilisations corporelles : définition comptable

Le chiffre d’affaires des micro-entreprises est plafonné

L’État fixe un plafond à ne pas dépasser pour que l’auto-entrepreneur continue à bénéficier du régime de micro-entreprise. Le chiffre d’affaires annuel maximum s’élève à 176.200 euros s’il vend des marchandises et des prestations d’hébergement. Ce montant descend à 72.600 euros s’il effectue des prestations de services.

Ce plafond disparaît lorsque l’entrepreneur opte pour le portage entrepreneurial. Et surtout, il peut travailler avec autant de clients qu’il veut.

Lire également : La gestion d'entreprise, une opportunité

L’entreprise de portage entrepreneurial accompagne l’entrepreneur

L’auto-entrepreneur effectue la déclaration d’activité auprès du guichet unique. Le Centre de formalité des entreprises (CFE) assure toujours le traitement. Il obtient son SIRET après 30 jours au plus tard. Ensuite, il déclare son chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trois mois. Les formalités administratives et les obligations comptables sont simplifiées. L’administration pratique une exonération partielle des cotisations sociales pendant la première année. En plus de développer son activité, l’entrepreneur doit aussi s’occuper de la gestion administrative. Le régime de portage entrepreneurial lui enlève ce poids des épaules.

La société Tipi Portage gère le volet administratif et comptable. Elle facture les clients, déduit le TVA, les charges sociales et ses honoraires avant de verser le chiffre d’affaires sur le compte de l’entrepreneur. Cette collaboration réduit les risques de mauvaises gestions et l’auto-entrepreneur consacre ses efforts au développement de son entreprise.

Les charges fixes sont moins élevées avec le portage entrepreneurial

L’auto-entrepreneur paie plusieurs charges fixes durant la création de son entreprise. Le portage entrepreneurial réduit les dépenses liées à cette étape. Aucune Cotisation foncière des entreprises (CFE), pas de souscription à une Responsabilité civile professionnelle et surtout, l’entrepreneur peut comptabiliser ses frais professionnels en tant qu’exonération de charges sociales et d’impôts.

Le portage entrepreneurial garantit une meilleure couverture sociale

L’auto-entrepreneur est considéré en tant que travailleur non salarié (TNS). Ses couvertures sociales sont ainsi limitées. Les indemnités journalières et la validation des trimestres de retraite dépendent de son revenu. Ensuite, il ne cotise pas pour le chômage. De son côté, l’entrepreneur porté reçoit un bulletin de salaire. Il est couvert par la couverture sociale de régime général. Les avantages sont nombreux comparé à celui du régime des indépendants, notamment les indemnités journalières et les prestations de retraite. Cumuler la rémunération avec le chômage est également possible.

Partager :