Pourquoi reprendre une entreprise ?

2
Partager :

Diverses raisons, telles que le départ à la retraite ou le changement d’entreprise, peuvent amener certains dirigeants à mettre leur entreprise en vente. Pour une personne qui a la volonté d’entreprendre, la reprise d’une entreprise est une réelle opportunité. Il s’agit certainement de la solution la plus efficace pour constituer une richesse en peu de temps. Pour sécuriser et réussir ce processus, il est nécessaire de suivre quelques étapes.

Pourquoi prendre le relais et ne pas créer une entreprise ? Le gain de temps est l’un des principaux avantages de la reprise. En partant d’une base existante, l’acheteur bénéficie d’un démarrage rapide par rapport à un créateur. Parce que son entreprise a des antécédents, il peut facilement obtenir du financement ou élaborer une prévision. Il est également probable qu’il obtiendra une rémunération le premier mois, puisqu’il a déjà une clientèle. Tant d’éléments doivent être pris en compte lors de la création d’entreprises : outils de production, machines, processus, fournisseurs, ressources humaines, stock… En cas de rachat, il est intéressant de préciser que l’intégralité de la l’infrastructure de l’entreprise est disponible à l’avance.

A lire en complément : Choisir sa franchise en 5 questions

Quelles mesures faut-il prendre pour reprendre une entreprise ? La définition du projet La préparation de la reprise d’entreprise est une étape importante. En effet, il est nécessaire de prendre en compte différents éléments : secteur d’activité, statut, nombre d’employés, chiffre d’affaires, situation géographique, motivation, financement… Autant de paramètres à étudier pour déterminer ses objectifs. Il devra répondre à de nombreuses questions en s’entourant d’experts : conseiller juridique, expert-comptable, etc.

La recherche d’une entreprise à reprendre En France, il y a une entreprise pour 5 acheteurs. Les cédants sont rares et particulièrement discrets quant à leurs intentions, d’où la complexité de l’accès à l’information. C’est pourquoi cette étape nécessite de la patience et parfois l’expertise de réseaux spécialisés tels que https://www.hilluty.com Cette plateforme de mise en relation vendeur et acheteur soutient les entrepreneurs et les investisseurs. en proposant des formations dédiées ainsi que des conférences en ligne.

A lire également : C'est quoi l'emprunt obligataire ?

La rencontre avec le vendeur L’étude de la société à vendre est une étape clé au cours de laquelle l’entretien avec le vendeur sera requis. L’objectif est d’obtenir la meilleure information possible. Présentation détaillée, forces et faiblesses, profil client, cœur de métier, motivations profondes du cédant, nombre de partenaires… Cette réunion a pour but de se faire une idée réelle de l’entreprise. Une visite dans l’entreprise est parfois essentielle, dont le résultat peut être conclu par la discussion du prix de transfert.

Le diagnostic de l’entreprise Cette étape permet de valoriser l’entreprise convoitée afin de négocier les conditions de la reprise avec le cédant. L’audit des acquisitions est donc essentiel pour avoir une idée précise de sa valeur. Il est préférable de confier le diagnostic à des experts en commandant un cabinet. De cette façon, nous pourrons non seulement prendre du recul, mais aussi avoir un opinion extérieure. Outre l’aspect financier, il est également possible de réaliser une analyse juridique, opérationnelle et sociale.

La recherche de financement Après l’élaboration d’un plan d’affaires et la signature d’un protocole d’accord, il est nécessaire de trouver un financement. Une contribution personnelle de 20 à 30 % permet de prouver sa détermination auprès des donateurs. Il est préférable d’éviter de contribuer à 100 % de vos actifs afin de minimiser les risques. De plus, il est possible d’emprunter ou de s’orienter vers une aide publique ou un financement participatif.

Photo de Tyler FrantaonUnsplash

Partager :