Où se trouve la définition de la société ?

2
Partager :

Le réchauffement climatique et les crises sociales et écologiques ne mettront pas fin à la concurrence mondiale. Le monde se prépare à un certain tumulte. La concurrence traversera ces crises et la traversée ne sera pas égale pour toutes les sociétés. Certains exporteront des confrontations physiques depuis leur pays d’origine, d’autres les importeront parce qu’ils n’ont pas été en mesure d’administrer leurs compétitions internes et externes.

Dans ce texte, je dirai que les entreprises réussissent à gérer leurs concurrents lorsqu’elles peuvent ajuster leurs préférences collectives, leurs politiques publiques et leurs orientations du marché mondial. Ce qui dépendra de demain, je répondrai de l’ajustement que nous avons fait entre les propensions du monde, nos politiques publiques et nos préférences collectives. L’ajustement sera-t-il violent ? Préparez-vous pour essayer de l’éviter.

Lire également : Pourquoi reprendre une entreprise ?

Compétition et

guerre Selon l’ancien chef d’état-major des forces armées françaises, le général François Lecointre, il faut « sensibiliser nos concitoyens » que le monde qui les entoure est un monde violent et qu’ils seront très rapidement rattrapés par cette violence, quoi qu’il arrive, qu’ils le veuille ou non ».

Son successeur, le général Thierry Burkhard, s’engage moins violemment en politique, il renverse le rapport de violence et de non-violence. Selon lui, nous sommes dans une période marquée par la « compétition permanente ». Il a déclaré : « Avant, les conflits faisaient partie d’un schéma « paix, crise, guerre ». Désormais, il s’agit plus d’un triptyque « compétition/concours/confrontation ». La concurrence est devenue un état normal, que ce soit dans le domaine économique, militaire, culturel ou politique, et les conflits dits périphériques font partie de cette compétition. »

A lire également : C'est quoi l'emprunt obligataire ?

Il semble que l’état-major français, avec son nouveau chef, ait repris l’École chinoise d’art militaire. Dans la pensée chinoise, les opposés font partie d’un processus de différenciation et d’indifférenciation, ils s’excluent pour se compléter, se remplacer et non pour s’anéantir. Ils sont complémentaires et substituables : la paix et la guerre sont exclues, se complètent et se transforment l’une en l’autre. Le général va du couple de la guerre et de la paix opposées, où les termes semblent décider l’un de l’autre, à la guerre de compétition de l’opposition, où la complémentarité, la transformation d’un terme en un autre sont perceptibles. Ce n’est pas le mode de conflit qui a changé, c’est la perception que nous en avons eue.

Observer que la compétition n’exclut pas la possibilité de contester ses résultats ou ses conditions n’est pas rare, en particulier dans les « sociétés périphériques » du monde capitaliste. La violence n’est pas exclue au début de la compétition, elle n’est que reportée et souvent amplifiée à la fin de la compétition. Il nous rappelle la frontière entre les mondes prétendus barbares et civilisés.

Dans les sociétés européennes, la monopolisation de la violence s’est accompagnée de la formation d’un terrain de compétition pacifique, régi par la loi du « plus fort », illustrée par sa capacité à administrer la concurrence en sa faveur et celle des participants. Alors que dans les « sociétés périphériques », comme l’illustrent parfaitement leurs compétitions électorales, la monopolisation de la violence ne suffit pas à créer un champ de compétition pacifique subordonné à la compétition militaire qui est à son apogée. Il s’agit d’administrer un concours civil (industriel) en faveur d’un concours militaire (qui reste celui d’une industrie). Cette incapacité à gérer la concurrence interne et externe est également une incapacité à faire de la société un corps, un système, dans un environnement défavorable.

Ce dont nous sommes de plus en plus conscients aujourd’hui, c’est la solidarité entre la compétition civile et la compétition militaire : « Gagner la guerre d’avant la guerre » signifie gagner des compétitions en général, petites avant grandes, des compétitions militaires en assumant toutes les autres.

Aujourd’hui, la concurrence mondiale a élargi à de nouveaux joueurs. Le reste du monde, s’appuyant sur des puissances émergentes, veut avoir son mot à dire dans la définition des règles du jeu. Celles établies par les puissances occidentales, qui ont ensuite dominé la concurrence, se sont retournées contre elles, ont perverti ou contesté.

Bref, la contestation et l’abus des règles de la compétition se multiplient et les hommes de guerre français suggèrent de s’y préparer. Ils doivent être prêts à faire face aux protestations, à faire face aux faits accomplis par la force. Mais ils ne veulent plus affronter seuls la défaite, surtout quand « la guerre est perdue avant la guerre ». Car s’il s’agit aussi de faire face à des compétitions qui, avant la manifestation, la préparent, si l’on veut triompher des affrontements futurs, de la violence en aval des compétitions perdues.

Mais à partir de ce revirement, les anciennes puissances militaires savent aussi en tirer parti. Gagner une guerre n’est plus gagner une guerre militaire, mais détruire les capacités ennemies. Les États-Unis n’ont pas perdu la guerre en Afghanistan ou en Irak, ou comme nous allons le répéter aujourd’hui, qu’ils ne gagnent plus les guerres qu’ils sont en train de faire depuis le Vietnam. C’est isoler la guerre de la paix, une vieille habitude.

Il y a un mauvais cadrage quand on parle de victoire ou de défaite. Le travail accompli par la guerre va au-delà de ses résultats militaires. Les sociétés afghane et irakienne ont été largement « vaincues » par la guerre après leur libération de l’occupation étrangère. Tout comme la société algérienne est indépendante. Ces entreprises, contrairement à la société vietnamienne par exemple, n’ont pas réussi à se réparer et à reconstruire un organisme dynamique et compétitif dans le monde.

L’armée et le guerrier

Mais est-ce vraiment aux militaires de préparer la société à ces compétitions qui préparent des manifestations et des affrontements en même temps qu’un engagement « de haute intensité » ? Depuis les compétitions, des manifestations et des affrontements ont lieu.

En temps de protestation, l’homme de guerre, suivant les enseignements de « ses » échecs (détruisant son ennemi), semble être mieux placé que le politicien pour prendre en considération les processus qui mènent de la concurrence à la guerre et à l’échec de la guerre. Cependant, si la guerre est gagnée en amont, dans la compétition et non dans la guerre elle-même, comment l’homme de guerre pourrait-il être plus efficace que l’homme politique ? L’armée (plutôt que le guerrier, pour nous le moudjahid, pour d’autres le samouraï) se laisse souvent séduire par son équipement, attache trop d’importance aux dépenses militaires au point que c’est son équipement qui décide à sa place des guerres qu’il doit mener.

Il y a une différence entre celui qui invente ses armes pour faire la guerre, et qui d’ailleurs, grâce à ses succès, peut exporter son « industrie », et celui qui se bat avec des armes qu’il n’a pas inventées pour mener « la » guerre, une guerre qui n’est probablement pas la sienne.

Comment le soldat a-t-il pu mobiliser un citoyen autrement qu’en l’engageant dans la guerre ? « Gagner la guerre avant la guerre » signifie gagner des compétitions qui « arment » la guerre en amont. Qu’est-ce qu’il y a au sujet de l’armée ? L’armée pourrait-elle être transformée en homme d’influence, en homme d’affaires, ou les hommes d’argent et de « soft power » devraient-ils se transformer en guerriers ?

Le citoyen luttant contre l’injustice, qui veut être considéré comme un égal et veut concourir, reviendra à la confrontation s’il en est empêché et en guerre si, pour sa conquête, il est prêt à donner sa vie. Son esprit de compétition peut être transformé, comme un esprit guerrier. Le Japon et l’Allemagne ont montré qu’il ne suffit pas de priver une nation de son corps militaire pour la priver d’un esprit combatif.

Esprit guerrier que nous ne refusons pas d’accorder aux protagonistes des grandes compétitions. Il est vrai qu’un tel esprit de n’est pas la caractéristique dominante de l’employé habitué à occuper sa place. Il pourrait être « incorporé », mais pas vraiment prédisposé. Ce que je veux dire, c’est que la continuité de la compétition et de la guerre est normalement que l’on retrouve dans tous les individus qui luttent pour la justice. La distinction entre civil et militaire doit pouvoir être « rétractable », sinon, dans les « guerres hybrides » d’aujourd’hui, la victoire ne peut pas être à la fin de la douleur ou du fusil.

Pour surmonter la rigidité de la différenciation entre civil et militaire dans les sociétés complexes, ou dans celles qui en émergent et l’importent, nous avons recours à l’armement idéologique : communisme, populisme ou nationalisme. Mais on comprend mieux pourquoi un tel « armement » ne suffit pas à armer « la guerre d’avant la guerre ». L’idéologie doit en être une.

Il y a des sociétés, des sociétés centrales, où il y a continuité de la concurrence et de la guerre, des industries civiles et militaires, et des sociétés, des sociétés périphériques, où il y a une discontinuité. Dans les sociétés centrales, les « bandes » de marchands qui ont conduit à la domination, commerciale puis industrielle du monde, ont été inspirées par des bandes de guerriers. Il y a des sociétés qui sont passées de la guerre à la compétition : Européenne sociétés avec le Japon plus tard.

Aujourd’hui, les sociétés post-coloniales sont sorties de la guerre, certaines d’entre elles tentent de se faire accepter dans la compétition, la grande majorité n’y parvient pas, ce qui donne à leur population la dispersion et l’affrontement. Harraga va à la confrontation, à la « guerre ».

En vérité, la majorité des sociétés post-coloniales qui sont sorties victorieuses d’un affrontement sur leur territoire sont incapables de participer à la compétition mondiale. Ils n’ont pas été en mesure de faire la part des concours internes et externes. Ils n’ont pas été en mesure d’administrer un concours inclusif à l’interne et, à leur mesure, à l’externe. Ils n’ont pas été en mesure de s’organiser pour surmonter les obstacles à l’entrée de la compétition mondiale. Ce que l’homme de guerre occidental réalise, c’est le manque d’attention qu’il a porté aux résultats ambivalents de ses « petites guerres ».

Les Chinois ont réussi à bousculer ces barrières et à avertir qu’ils continueront de le faire. donc. Ils se préparent à la guerre qu’il sait que l’opinion mondiale veut éviter, la concurrence leur étant de plus en plus refusée, pour ne pas avoir à le faire. La concurrence est refusée non seulement dans les secteurs de haute technologie, mais également dans les secteurs manufacturiers de base.

Cependant, la Chine, avec son marché intérieur, a les moyens de défier les puissances dominantes. Il y a donc peu de chances que l’Allemagne se soumette aux États-Unis et compte sur eux pour faire de l’Europe une puissance mondiale. La Grande-Bretagne a décidé de s’éloigner de l’Europe, mais pas encore des États-Unis.

Avec le nouveau modèle, la compétition/confrontation/confrontation, apparaît le mythe de la séparation en tant que discontinuité des civils, politiques et militaires. La séparation est une différenciation, elle ne remet en question la continuité que lorsque la relation se fige, se solidifie sous certains effets. Lorsque certains corps ne communiquent plus, ils ne parviennent plus à devenir un dans leur environnement commun.

Qui est en effet la première guerre ou compétition ? Je dirai que la guerre a été la première et que la compétition a été son serviteur. Le développement d’armes maîtrisant le feu, la transformation de la matière en chaleur et en énergie ont conduit au progrès technologique. Avec l’accumulation de capitaux, la guerre est devenue économique et économe en ressources.

Les guerres ont été externalisées, menées en dehors de l’économie dominante. Leurs coûts auraient été supérieurs à leurs profits. Ainsi, les civils engagés dans la compétition économique ne sont plus transformés en esclaves par la guerre. De plus, les travailleurs libres étaient plus motivés.

La gestion de la société appartient toujours au politico-militaire, qui est responsable de la mobilisation de la société et de ses deux industries ; qui est chargé de veiller à ce que la concurrence ne se transforme pas en guerre qui détruit le capital des deux industries ; cette guerre met fin à la série de défaites non militaires en ne détruisant que le capital de la puissance émergente. Il n’en demeure pas moins que les sociétés peuvent se partager la définition du politico-militaire en fonction de la continuité ou de la discontinuité de la société civile et militaire, de la discontinuité ou de la continuité de la société civile et de la société politique.

Les « vieilles » sociétés européennes ont distendu et solidifié la relation après l’avoir structurée dans une relation de classe, puis professionnalisée et hiérarchisée. Contrairement à d’autres entreprises. Les pays d’Asie de l’Est et d’Europe du Nord n’ont pas transformé la séparation en discontinuité. Les femmes postcoloniales ont du mal à différencier leur relation, le « militaire » budgetivore a remplacé le guerrier, et ne permet pas la conversion de l’homme de guerre en homme d’influence/intelligence ou d’affaires.

La politique se développe sur la base d’une société civile atrophiée. Le résultat a été un homme politique désincarné et désarmé, parce que les armes de la politique sont dans la finance et le savoir, les désirs et les croyances. Il doit y avoir un guerrier dans ces différents types d’hommes pour qu’il y ait continuité de la compétition et de la guerre ; du guerrier, non pas pour gagner la guerre, mais pour savoir comment éviter les chemins qui mènent de la compétition victorieuse à la confrontation, puis de la confrontation à la guerre destructrice de capitaux ; pour éviter les impasses de la compétition, gagnez des compétitions sans aller à la guerre pour perdre votre capital.

Pour gagner la guerre, sans le faire ou avant de le faire, il faudra mobiliser davantage de diplomates dans la compétition, mais il faudra aussi être prêt à affronter la guerre que nous n’avons pas choisi de faire et qui aurait pour objectif de détruire le capital accumulé.

La société et son environnement

Dans le contexte d’une concurrence qui s’est étendue à de nouvelles puissances et qui s’intensifie en conséquence, il s’agira de savoir quelles entreprises souffriront le moins de leurs concurrents, divisions sur lesquelles les sociétés rivales joueront sûrement ; il s’agira de savoir quelles entreprises seront en mesure de dominent la compétition, imposer et partager leurs règles. Nous allons évoluer dans un monde où la concurrence autour des ressources naturelles va devenir de plus en plus difficile. Les guerres civiles africaines n’en sont qu’un avant-goût.

Il s’agira moins de savoir quel système social offre le système économique le plus productif, que de déterminer quels systèmes sociaux seront en mesure de mieux répondre à leurs besoins, aux conditions de leur satisfaction, donc aux crises sociales et écologiques et à la concurrence internationale. En d’autres termes, quelles sociétés réussiront à ne faire qu’un avec leur système social, parce que les systèmes économiques et politiques ne sont que des spécifications de celui-ci. Il n’y a pas de système social, économique et politique universel, en d’autres termes et comme on le dit très souvent aujourd’hui, il n’y a pas de capitalisme, mais de capitalismes.

Nous assistons certainement à une compétition de modèles sociaux, hier entre celui du socialisme et du capitalisme, aujourd’hui entre différents capitalismes (scandinave, anglo-saxon, Chinois et autres), la véritable concurrence n’étant pas entre les systèmes politiques comme les démocraties occidentales et les institutions internationales voudraient faire croire aux « sociétés émergentes ». Et une telle concurrence n’a pas tendance à universaliser un modèle, ou en d’autres termes, sa diffusion n’a pas tendance à le généraliser, même si son succès suscite l’imitation.

La copie correcte ne dépend pas seulement du respect dû au modèle, de la conformité à l’original comme pour une photocopie, elle dépend également de la copie, de la société qui la copie, c’est-à-dire de ce que l’entreprise fait avec la copie et de ce que la copie du modèle fait avec l’entreprise. Bref, la bonne copie est ce qui permet à la société de créer un système, de s’accrocher à elle-même et à son environnement. Le véritable problème n’est donc pas de savoir quel est LE système social et économique qui offre le plus de sécurité et de liberté, qui est celui qui combine le mieux la solidarité et la concurrence en général, mais quel est le système le mieux, le meilleur, avec leurs désirs et leurs ressources.

Pour les « sociétés émergentes », la question est de prêter attention à celles d’entre elles dont l’expérimentation a réussi. Ce sont souvent ceux auxquels l’Occident accorde le moins d’attention. Parce que ces sociétés ne peuvent échapper à l’imitation, à l’expérimentation de succès étrangers pendant la période où elles doivent rattraper le monde avancé. Ils doivent imiter, imiter le succès des autres pour ne pas réinventer la roue. Il doit donc être évident que l’expérimentation d’une expérience étrangère ne peut ignorer les différences dans les conditions de succès du modèle et d’expérimentation chez l’imitateur. Un modèle ne peut pas passer aussi facilement de l’Asie de l’Est à l’Afrique, comme un modèle a pu le faire entre l’Europe féodale et l’Asie.

L’Afrique doit se découvrir dans l’expérimentation. Un modèle ne doit être pris que comme prétexte à l’expérimentation et à la divulgation de soi dans un succès. C’est le succès de l’expérimentation qui consacre la et son protagoniste. Le problème des « sociétés émergentes » est le manque de confiance en soi. Cette faiblesse leur interdit d’expérimenter, confie leur expérimentation à des experts étrangers. Nous devons nous préoccuper davantage de la confiance sociale et du capital social.

La démocratie tunisienne nous en dit long sur la relation entre les différents « systèmes » : la solution politique à la crise économique et sociale n’est pas incluse dans la démocratie représentative. Il ne suffit pas d’élire un parlement pour résoudre la crise. La solution réside dans l’ordre de différenciation, la structuration des systèmes, le système social et ses sous-systèmes économiques et politiques. La relation entre le système social et le système politique ne doit pas être inversée.

Le système politique est un sous-système des systèmes social et économique. La solution réside tout d’abord dans l’ordre de l’organisation de la concurrence sociale (interne et externe) (compétition et coopération). Quand on pense que le système politique peut générer un système social et économique, on finit par réaliser que la « superstructure » politique est vide de l’intention qui en ferait un instrument de transformation de « l’infrastructure » sociale et économique.

Systèmes sociaux et capitalismes

Pour le sociologue danois Gosta Esping-Andersen, à l’aube du XXIe siècle, l’État-providence occidental issu de la compétition entre les deux systèmes sociaux socialistes et capitalistes du XXe siècle est en crise. Cette crise est caractérisée par la mondialisation, le choc démographique et l’instabilité familiale. Les capitalistes peuvent rivaliser avec les travailleurs de différents pays, les sociétés industrialisées ne sont plus en mesure de se reproduire démographiquement, et la famille traditionnelle se sépare, générant la pauvreté infantile.

Il distingue trois types de systèmes sociaux, trois grandes formes de relations modernes entre l’État, le marché, les classes sociales et les sexes, trois modèles qui n’existent pas à l’état pur, même si l’on peut dire que l’État libéral caractérise les pays anglo-saxons dont le Canada, l’État corporatiste : l’Allemagne, la France et l’Italie, et l’État social-démocrate : les pays scandinaves.

Le philosophe Philippe Van Parijs a théorisé une solution originale pour réformer l’État-providence : une allocation universelle versée à tous sans condition tout au long de la vie. Cette solution permettrait de résoudre le problème de la polarisation du marché mondial du travail, qui augmente avec la concurrence internationale.

La majorité de la population ne tirerait plus son revenu de sa performance économique. Cela conviendrait à l’État/État libéral, car il permettrait au système économique de se responsabiliser vis-à-vis du système social. Le système économique serait ainsi libéré de toute contrainte sociale et pourrait assumer une forte polarisation du marché du travail.

Une telle autonomisation du système économique suppose un développement compétitif et système social efficace, refusant sa dualisation, partageant le même esprit, capable de redistribuer une certaine partie de ses revenus. Il faut admettre qu’une telle solution peut être plus facilement adoptée par l’État/État social-démocrate, qui s’appuie déjà sur un esprit collectif, une forte redistribution et des services publics efficaces.

La démodification de certains services, c’est-à-dire la part de la consommation collective dans la consommation globale, y serait clairement établie et supposée. Il semble même que cet ancien type d’État-providence social-démocrate soit en voie de mieux représenter le nouveau type libéral d’État-providence, tandis que l’ancien type libéral serait plus exposé à l’explosion des inégalités. D’autre part, on constate que l’État-providence de type corporatiste a plus de difficulté à progresser dans la libéralisation. Il est moins bien adapté au développement des inégalités et à la polarisation du marché du travail.

Le système chinois continue de s’opposer aux systèmes occidentaux à travers leur système politique. Nous nous opposons généralement aux systèmes sociaux par leur système politique : systèmes démocratiques et antidémocratiques, systèmes démocratiques libéraux et illibéraux. Mais comme nous l’avons vu avec l’exemple tunisien, cette caractérisation est superficielle, elle déduit le système social du système politique. Le système social chinois n’est pas au courant de la crise qui touche l’État-providence occidental.

Si la politique de l’enfant unique a eu un impact sur la reproduction démographique et donc économique, le système social ne traite pas cette crise de la même manière que les sociétés occidentales. Il n’a pas le même effet sur le système de sécurité sociale. Ce dernier dépend de la famille et de ses économies et non de la redistribution de l’État. Dans le système social chinois, la relation entre l’État, le marché et la famille est différente.

L’État est considéré comme une extension de la famille, il n’a pas tendance à être un remplacez-le. Pour simplifier, l’État peut être considéré comme une grande famille qui gère la concurrence entre ses membres. Il n’y a pas de discontinuité entre l’État, le marché et la société contrairement aux sociétés occidentales qui confondent encore les séparations et les discontinuités.

Les leviers de la transformation sociale

Nous pouvons distinguer trois leviers de transformation sociale : la propriété par la production, les préférences collectives par la consommation et le citoyen par la loi. Les propriétaires décident de l’utilisation des moyens de production et donc de la production, les consommateurs décident de la validation d’une production et de ses conditions, de la loi des incitations et des interdictions générales de production et de consommation.

Le deuxième levier, celui des préférences collectives, est exclu par le libéralisme occidental et le courant dominant de la science économique qui sépare les préférences de l’individu de celles de la société par le marché. Les préférences ne seraient pas une question de dialogue social, mais de tout le monde et concours de marchands. Ce levier, théoriquement rejeté, commence à être mobilisé dans la pratique, mais plutôt dans la pratique politique et pas encore dans la pratique économique.

Les individus continuent de concéder leurs préférences individuelles aux sciences économiques et préfèrent ne pas consulter sur la consommation. Et pourtant, le consommateur pourrait décider de favoriser ou de défavoriser la consommation en fonction de la combinaison de facteurs utilisés pour sa production. La fonction de redistribution accordée par l’économie dominante à l’État, qui ne modifie pas les conditions de production, serait ici contournée par le consommateur qui prendrait en compte les conditions de production. Il ne reviendrait plus seulement au producteur de décider si le capital doit être substitué au travail, mais aussi au consommateur.

La concurrence ne séparerait plus les producteurs et les consommateurs, en particulier les consommateurs auraient le droit de se mêler de la concurrence des producteurs. Les producteurs dominants sont depuis longtemps impliqués dans concurrence des consommateurs.

La règle du profit ne serait plus la seule à définir son champ d’application, le profit ne serait plus acceptable dans des conditions qui ruinent le capital sous ses formes sociales, humaines et naturelles. Le consommateur stratégique prendrait en compte la répartition globale du revenu et donc de sa production dans ses choix de consommation.

Le consommateur ne chercherait plus seulement à optimiser sa consommation, compte tenu de ses revenus, mais aussi de celui-ci. Une production qui permettrait d’atteindre le plein emploi du capital humain, la préservation du capital social et naturel, c’est-à-dire la croissance inclusive, serait validée par la consommation, ce qui aurait tendance à concentrer les revenus, à disqualifier le facteur travail et à détruire le capital social et naturel, ne serait pas validé.

Les Chinois ne s’opposent pas à la mondialisation à la souveraineté. La souveraineté n’a d’avenir que dans la mondialisation, la concurrence internationale n’en décidera pas autrement. Leurs économistes s’opposent à une un circuit interne et un circuit externe dont la complémentarité permet à la société de devenir corps, système, dans la mondialisation. Il est vrai que la différence de taille du marché est importante, mais elle n’est pas décisive. On peut faire la différence entre produire pour la consommation à l’étranger et produire pour consommer soi-même, en supposant les relations interdépendantes que cela implique. Une limite peut être clairement établie à l’aide des trois leviers susmentionnés.

L’ économiste du développement Dani RODRIK envisage la mise en œuvre de l’effet de levier immobilier. Selon lui, comme il l’a fait face à la menace de la révolution socialiste, le capitalisme doit faire face à la menace qui pèse sur l’économie mondiale aujourd’hui : celle d’une technologie qui détruit des emplois et concentre les revenus. On peut supposer que la crise de l’énergie ne réduira pas cette tendance, mais affectera la façon dont les sociétés y font face.

La concurrence internationale tend à remplacer le capital par le travail humain, et les gains de productivité tendent à retour aux propriétaires de machines et de nouvelles technologies. Selon cet économiste de renommée mondiale, il faut une fois de plus que le capitalisme se réinvente. Comme dans l’État providence, l’État doit jouer un rôle considérable. Dany Rodrik suggère de créer des institutions adaptées aux fonds publics de capital-risque par lesquels l’entreprise, par l’intermédiaire du gouvernement, serait copropriétaire de la nouvelle génération de technologies et de machines.

Négarement et correspondance du levier.

Pour le polytechnicien Jean Marc Jancovici, la crise économique est avant tout l’énergie. L’humanité ne peut plus continuer à multiplier les esclaves mécaniques à son service, elle devra réduire sa consommation de matières premières et d’énergie fossile. Il propose un plan pour mettre fin à la crise qui envisage la mise en œuvre de politiques publiques tout en conseillant de bonnes actions individuelles. Comme en économie standard, il n’est pas question de préférences collectives.

Ses propositions n’excluent pas la possibilité d’utiliser l’effet de levier immobilier en adoptant la proposition de Dani Rodrik. Il n’en demeure pas moins que ses propositions se heurtent à une difficulté : conformément à l’idéologie économique, les producteurs ne reconnaissent pas que les consommateurs n’ont pas le pouvoir de définir leurs préférences collectives et les individus ne sont pas disposés à « jouer collectivement » et à exercer cette capacité.

Il semble ensuite y avoir un écart entre les préférences collectives révélées par le marché et les objectifs des politiques publiques. Ce que les citoyens acceptent politiquement ne correspond pas à ce que révèle leur concurrence, il y a donc un écart entre les intentions publiques et les réalisations. Cet écart se trouve entre leur forte demande d’intervention publique et leur forte aversion fiscale. Cela s’explique par le fait que les préférences collectives ne sont pas suffisamment déterminantes pour orienter et concorder les politiques publiques et le marché. Parce qu’il y a une solidarité entre ces trois dimensions, contrairement à ce que refuse l’idéologie de l’homo oeconomicus, et de placer les préférences collectives après les politiques publiques (l’État) et la concurrence (le marché) dans l’ordre de leur détermination rompent leur continuité et leur unité.

Les sociétés qui placent l’individu avant le groupe et après l’État ou le marché continuent de séparer la politique publique pour laquelle les citoyens accordent leur droit de vote, de leur comportement privé. En d’autres termes, ils continuent de séparer leur comportement politique de leur comportement social et économique. Il n’appartient pas non plus aux citoyens (par les moyens de l’État et du marché) d’atteindre les objectifs publics, mais seulement à l’État.

Le citoyen, le consommateur et le producteur-propriétaire ne sont pas considérés comme une seule personne, mais comme trois personnes réparties dans trois silos différents. L’individu ne vote pas avec son argent, ou seulement en politique (USA). L’Union européenne en est un bon exemple : il y a égalité devant la loi pour permettre la différenciation (inégalité) par la concurrence. Par exemple, chacun doit pouvoir choisir librement celui de ses enfants mais chacun choisira des écoles de qualité différente : préférence pour l’égalité politique et juridique (égalité des chances), préférence pour l’inégalité dans le comportement privé.

Nous confierons ensuite la réparation des torts causés par la concurrence à la solidarité, à l’État. Avec la solidarité publique, une discontinuité est introduite entre la concurrence et la solidarité, la solidarité intervient à la fin du cours, ce qui fait souvent oublier. Nous constatons alors un écart entre une forte demande de l’État d’une part et une grande aversion pour les impôts de l’autre.

Alors que lorsque la solidarité est confiée à la communauté (sociétés scandinaves), elle ne manque pas de se manifester dans une compétition contenue (exemple souvent cité de l’école finlandaise en termes d’éducation), lorsque la demande de solidarité est adressée à la communauté nationale, elle est accompagnée d’un consentement à taxer.

Ce type de sociétés qui ne veulent pas reconnaître les préférences collectives aux citoyens autres que ceux définis par le marché, entraînent une divergence entre les intentions publiques et les comportements privés, ils ont quelque chose de schizophrène et ont du mal à participer à la mondialisation, à réaliser l’unité de la décision collective par la continuité de la propriété, collective préférences et politiques publiques.

Ils ne peuvent pas réaliser une identité de production et de consommation qui utilise pleinement le capital humain et la préservation ou l’amélioration du capital naturel. Parce qu’il y a effectivement une continuité entre les préférences collectives, la répartition des biens et les politiques publiques, chaque terme peut affecter l’autre. Les sociétés individualistes ne peuvent pas séparer les préférences dictées par la production mondiale et celles collectives qu’elles pourraient adopter pour former un circuit interne de leur économie dans la mondialisation.

Le consommateur qui se soumet au droit de la consommation de l’économie dominante — maximisant l’utilité de ses revenus et non de ses revenus futurs, n’a aucune emprise sur la production, locale et mondiale. Dans les sociétés individualistes, c’est l’État et/ou le marché qui réalise l’unité des préférences collectives par le biais de politiques publiques et/ou de politiques de producteurs qui dominent le marché.

En différenciant ces sociétés, celles qui ne posent pas la primauté de l’individu atteignent l’unité des politiques publiques et des orientations du marché grâce à leurs préférences collectives. La concurrence n’ignore pas les préférences collectives qui sont à ses débuts, les préférences collectives n’ignorent pas la concurrence des producteurs et ce qu’elle en résulte. Les préférences collectives sont au début des politiques publiques et à la fin des politiques des producteurs.

Toutefois, l’État national n’est plus en mesure de déterminer les orientations du marché mondial et les producteurs mondiaux n’abandonnent pas la définition des préférences collectives à la société. Le marché mondial a alors tendance à configurer le marché intérieur. À moins que cette société et les États jouent un rôle de premier plan dans l’économie mondiale.

Selon Jancovici, pour que la société continue de progresser, il est nécessaire d’inventer une Europe post-carbone. « Cette invention est le nouveau souffle dont l’Europe a besoin et qu’elle peut offrir au monde pour empêcher la ruine des conditions de vie sur Terre. »

Selon lui, l’Europe devrait adopter les neuf propositions suivantes pour changer l’ère et l’individu, pour bien faire les choses, devrait adopter certains canaux.

Pour l’Europe, il s’agirait de :

1. Arrêtez toutes les centrales au charbon. La substitution par les énergies renouvelables et/ou l’énergie nucléaire, en fonction d’une réévaluation des coûts économiques et écologiques (gestion intermittente, sûreté, etc.) de chaque secteur.

2. Généralisez la voiture dans un rayon de 2L/100 km.

3. Complétez la révolution des transports en ville. Poursuite du développement des transports publics sur son propre site, en synergie avec le vélo, encouragement du covoiturage, développement de les réseaux de bus express dans les banlieues, limitant ainsi l’étalement des villes.

4. Relier les principales métropoles par des trains rapides. La priorité est donnée aux trains destinés au transport de voyageurs à moyenne distance, notamment grâce à l’amélioration des réseaux existants et à l’extension des lignes à très grande vitesse. L’objectif : réduire de moitié l’utilisation des véhicules individuels.

5. Inventez l’industrie lourde post-carbone. La priorité est donnée à l’économie circulaire et à l’écoconception, au renforcement du marché européen des droits d’émission, au soutien à la recherche, en particulier sur la capture et la séquestration du CO2, afin de réduire de moitié les émissions du secteur.

6. Rénover de vieilles habitations. Vers une sobriété énergétique et une isolation optimale pour presque tous les logements construits avant 1990, et une décarbonisation du chauffage (pompes à chaleur, bois, solaire thermique), afin de diviser par quatre les émissions des systèmes de chauffage résidentiels.

7. Lancer le grand projet de rénovation des bâtiments publics. Rénovation systématique de bâtiments publics non résidentiels (écoles, hôpitaux, etc.) à un taux de 3 % du parc par an, grâce à la mise à disposition d’outils de financement à long terme et de faibles taux d’intérêt. L’objectif : les bâtiments publics consomment presque zéro énergie.

8. Développer la séquestration du carbone par les forêts européennes. Soutien aux investissements dans les matériaux locaux « biosourcés » ainsi que dans le reboisement, limitant l’artificialisation des terres.

9. Une transition réussie vers une agriculture durable. Diviser le gaspillage alimentaire par deux. Pour le bétail, la priorité est donnée à la qualité et non à la quantité (via les politiques d’étiquetage et l’origine protégée des animaux), en adaptant les méthodes de rémunération des agriculteurs et de reboisement.

Pour les individus, il dresse une liste de bonnes pratiques dont il s’efforce de quantifier l’efficacité et l’impact financier. Il les classe en fonction de la difficulté.

1. Très facile : abaisser la température en hiver de 1 °C dans les endroits chauffés. Utiliser la climatisation dans la voiture le moins possible. Ne regardez pas de publicité (et surtout évitez que vos enfants regardent !)

2. Facile : réfléchissez à la façon dont vous allez bouger avant de bouger. Mangez le moins de viande possible, et dans la viande, le moins de bœuf possible. Achetez une voiture sans climatisation. Achetez une petite voiture. Achetez une voiture hybride.

3. Modérément difficile : ne pas voler. N’achetez pas American. Réduisez au maximum la température de votre lieu de résidence. Organisez avec vos collègues de travail pour partager des voitures pour les trajets domicile-travail Isolez votre maison de la meilleure façon possible. Faites autant que possible vos achats dans les magasins locaux, de préférence à pied ou à vélo. Ne faites pas livrer les articles achetés par correspondance dans les 24 heures. Buvez l’eau du robinet. Manger des produits de saison cultivés ou élevés localement.

4. Difficile : prendre les transports en commun plutôt que la voiture pour se rendre au travail. Vivre dans un appartement et non dans une maison. Laissez votre voiture dans le garage et prenez le train pour quelques voyages Cent km. Utilisez les modes non motorisés pour les déplacements locaux. Remplacez votre chaudière au mazout par une chaudière à gaz. Installez un chauffe-eau solaire. Achetez le moins de produits possible avec beaucoup d’emballages. Achetez le moins de produits manufacturés possible. Ne pas avoir de chien (surtout dans les zones urbaines) 5. Très difficile : bouger pour se déplacer moins. Devenez travailleur à domicile. Je n’ai pas du tout de voiture quand on en avait une.

Pour conclure ce texte, je reviendrai sur l’exemple de la Tunisie en posant la question suivante : la démocratie représentative est-elle le meilleur système de coordination pour ajuster les préférences collectives, les politiques publiques et le marché ? Parce qu’il est possible d’ajuster les préférences collectives elles-mêmes et le marché, c’est-à-dire les préférences des individus avant le concours et celles révélées après la compétition. Comme il est possible d’ajuster les politiques publiques et les pratiques des individus et des communautés.

Les élus qui remportent les votes de leurs électeurs n’ont pas tendance à soulager citoyens de leurs responsabilités, prioriser leur carrière ou leur fortune, et distribuer des faveurs ? Les citoyens n’ont-ils pas également tendance à surcharger les élus, même s’il n’y a pas beaucoup d’illusions ? La démocratie représentative peut-elle mettre les citoyens en mesure de rendre leurs préférences cohérentes avec celles du marché mondial, de mettre les élus en mesure d’harmoniser les préférences collectives, les politiques publiques et le marché mondial ?

Le droit n’est plus externe à la société, il n’est efficace que s’il s’inscrit dans le cours du monde et s’il s’inscrit dans les collectifs de préférences. Elle a besoin d’une société qui peut faire corps dans un environnement donné, ayant prise et action sur lui et sur elle-même.

Le Monde du 05.10.2021.

« Ces deux phrases, « combattez le combat qui correspond à vos armes » et « construisez les armes pour s’adapter au combat », montrent la ligne de démarcation claire entre la guerre traditionnelle et la guerre future, tout en soulignant la relation entre les armes et les tactiques dans les deux types de guerre. Le premier reflète l’adaptation involontaire ou passive de la relation de l’homme aux armes et aux tactiques de guerre qui se déroule dans des conditions naturelles, tandis que le second suggère le choix conscient ou actif que les gens font concernant la même proposition lorsqu’ils sont entrés dans un État libre. » Unrestricted Warfare, Qiao Liang, Wang Xiangsui, PLA Literature and Arts Publishing House, 1999.

Je ne me souviens plus si c’est à F. Braudel qu’il faut se référer ici ou à G. Duby.

Selon Pierre Rosanvallon par exemple : « C’est au niveau de la société et des relations sociales que cela (la crise de l’État providence) se joue. Le véritable défi est celui d’un nouveau contrat social entre les individus, les groupes et les classes. Le principal blocage de l’État-providence est, enfin, de nature culturelle et sociologique… la crise de cet État-providence… doit simultanément être comprise comme la crise d’un modèle de développement et la crise d’un système de relations sociales donné. »

Acemoglu et Robinson ont donné l’exemple du Botswana. Dans l’actualité africaine, ce n’est évidemment pas de lui dont nous parlons. Pourquoi les nations échouent : les origines du pouvoir, de la prospérité et de la pauvreté. Markus Haller. 2015. Genève.

Gosta Esping-Andersen. Les trois mondes de l’État providence. 1990. Paris. BOUFFÉE.

https://jancovici.com/

Sur la question de l’existence de préférences collectives, voir le travail d’Amartya SEN.

Enfin, pour une hiérarchie de nations que les moins puissants refusent d’accepter.

https://decarbonizeurope.org/

Ibid..

Effectuer sa “BA” pour agir contre le changement climatique : quelques ordres de grandeur

Ibid.

Partager :